Apple admet finalement que Microsoft avait raison à propos des tablettes

Apple a passé les dix dernières années à essayer de convaincre tout le monde que l’iPad et sa vision de l’informatique conviviale sont l’avenir. L’iPad a rejeté l’idée d’un clavier, d’un trackpad ou même d’un stylet, et Apple s’est moqué de Microsoft pour avoir adopté cette approche exacte avec la Surface. « Nos concurrents sont différents, ils sont confus », a déclaré le PDG d’Apple, Tim Cook, alors qu’il se tenait sur scène pour présenter les nouveaux Mac et iPad il y a six ans. « Ils ont couru après les netbooks, maintenant ils essaient de transformer les PC en tablettes et les tablettes en PC. Qui sait ce qu’ils vont faire ensuite ? »

Chaque iPad s’est transformé en Surface ces dernières années, et depuis cette semaine, l’iPad Pro et le Surface Pro se ressemblent encore plus. Tous deux sont dotés de claviers détachables, de pieds réglables, de trackpads et de stylets. Avec la prise en charge du curseur et de la souris par l’iPadOS cette semaine, Apple a enfin admis que Microsoft avait raison à propos des tablettes. Voici pourquoi.

Le retour de Microsoft sur les tablettes a été difficile et loin d’être parfait. Bill Gates a essayé de convaincre le monde que les tablettes seraient une chose à part entière en 2002, mais le matériel et les logiciels étaient bien trop primitifs à l’époque. Le fabricant de logiciels a finalement introduit le Surface RT en même temps que Windows 8 en 2012 en réponse à l’iPad, mais il avait un système d’exploitation de bureau ARM qui ne prenait pas en charge vos applications préférées. C’était un peu confus, mais les principes de la tablette de Microsoft étaient clairs à l’époque.

« Les tablettes ont quelque chose de différent, les gens veulent toujours un clavier physique », a écrit l’ancien chef de Windows Steven Sinofsky dans un article détaillé sur Windows 8 en 2012. « Même en l’absence de logiciels comme Microsoft Office, la réalité est que lorsque vous avez besoin d’écrire plus que quelques lignes de texte, vous aspirez à quelque chose de mieux que la frappe à l’écran… Les gens profitent de la précision, de la fiabilité et de la rapidité de la saisie de l’utilisateur grâce à un clavier physique, et nous pensons qu’un système d’exploitation et ses applications ne devraient pas faire de compromis lorsqu’ils sont disponibles ».

Le message était clair : l’informatique tactile serait une entrée de premier ordre pour Windows 8, mais pas la seule façon d’utiliser le système d’exploitation. Microsoft a insisté sur le fait qu’il fallait une souris pour la précision, un clavier pour taper et un stylet pour prendre des notes ou dessiner. Ces fondements de base ont conduit à la création de la Surface Pro, avec sa variété d’entrées pour répondre à différents besoins, notamment les besoins professionnels allant du design graphique, à la bureautique, ou encore au travail à domicile sur diverses plateformes SaaS comme c’est le cas de la startup Jobphoning.com.

Microsoft a également maîtrisé la capacité d’utiliser une tablette sur un bureau ou un canapé, grâce à sa béquille Surface et à ses charnières. Il s’agissait d’un élément clé de différenciation par rapport à des appareils comme l’iPad, et Microsoft et Intel accordent désormais des licences d’utilisation de ce modèle à d’autres fabricants de PC. Il n’a pas fallu longtemps pour que tout le monde commence à copier le design Surface de Microsoft.

 

Replikultes