2020 : la fin de la bulle immobilière en France ?

En France, les prix de l’immobilier connaissent une rapide augmentation. Cela est encore plus précis dans certaines grandes villes du pays. Cette situation constitue une grande préoccupation pour bon nombre de personnes qui souhaite investir dans ce domaine. À voir les chiffres enregistrés dans les années antérieures, beaucoup s’interrogent sur les prévisions immobilières en 2020. Ainsi, 2020 serait-elle l’année qui marquera la fin de la bulle immobilière en France ? C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Qu’est-ce qu’une bulle immobilière ?

La notion de « bulle » fait sans doute référence à un risque d’éclatement. En effet, pour le marché immobilier, une bulle est assujettie à une augmentation rapide des prix qui influencent l’économie réelle en ce qui concerne les loyers, les revenus, etc.

Ainsi, pour bien définir le concept, il faut parler de bulle immobilière lorsqu’il n’existe pas un lien direct entre la croissance des prix immobiliers et celle des loyers. Aussi, elle se caractérise par un certain déséquilibre entre l’évolution des prix immobiliers et la montée des revenus. En réalité, l’évolution des prix doit pouvoir se justifier par des facteurs démographiques ou économiques.

La situation immobilière en 2020

Nombreux sont ceux qui attendent l’éclatement de la bulle immobilière en cette année 2020. Cela ferait chuter les prix et favoriserait ainsi des investissements à moindres frais. Cependant, le marché de l’immobilier paraît ne pas vouloir arrêter sa montée vers les sommets. Selon le constat de la Fédération nationale de l’Immobilier (FNAIM) en fin 2019, après déjà trois années de hausse, le marché n’était pas à la baisse, contrairement aux prévisions.

Par ailleurs, les capacités de transactions ont abouti à de nouveaux records pour avoisiner 1,1 million d’unités, soit plus de 11,5 % par rapport à 2018. En France, le calcul de l’indice des prix montre une progression de 1,9 % entre le début du mois de janvier 2019 et le 1er janvier 2020. Ainsi, pendant une période de dix ans, l’augmentation enregistrée est de 8,6 %. Ces chiffres laissent clairement transparaître de nombreux contrastes.

Si sur dix ans, les prix connaissent une hausse de plus de 55 % à Paris, ils diminuent de 4,6 % dans les régions rurales. Ainsi, sur l’année 2019, l’augmentation est de 8 % dans la capitale. Par contre, elle est de 1,6 % dans les zones rurales. Il faut noter que les prix peuvent chuter même dans d’autres villes.

Par ailleurs, ces montées des prix se justifient par divers facteurs tels que l’augmentation perpétuelle de la population, la réduction du taux de chômage, la croissance du nombre de familles monoparentales, la baisse des travaux de construction de logements neufs et les mesures fiscales. Toutefois, la cause principale du bon état de l’immobilier est liée, encore et toujours, au faible taux de crédit.

Il s’agit de toute évidence d’une disposition qui va certainement se maintenir en 2020. La situation n’est pas sur le point de changer sauf grande prudence des banques comme le leur recommande d’ailleurs le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF). Enfin, les prévisions présentent une croissance moyenne des prix de 1,5 % en 2020, une augmentation qui pourrait aller jusqu’à 6 % à Paris.

En définitive, la bulle immobilière en France tend à se consolider en 2020. Il convient donc d’attendre une réaction du système bancaire hexagonal. Plus d’infos sur France-Initiative.fr.

 

Replikultes